Search

Info

Config

  • français

    Version française du site

  • english

    English version

  • japan

    Quelques pages en japonais

  • rss

    Abonnement aux flux RSS du site

  • news

    Recevez gratuitement les news de Tourrettes dans votre boite mail

  • Changer la taille du texte

Newsletter du 13/10/2011

Tourrettes sur loup

Newsletter du 13/10/2011

Un bestiaire : entre l’instinct et le savoir

Du 15 octobre au 30 décembre 2011
Espace muséal, Château-Mairie

Vernissage le vendredi 14 octobre 2011 à 18h30

Peinture, dessin, sculpture, installation, vidéo, photographie
Œuvres de la collection du CIAC de Carros et artistes invités.

En partenariat avec le
Centre international d’art contemporain de Carros

Commissaire de l’exposition Frédérik Brandi, directeur du CIAC

Ouvert du mercredi au vendredi de 13h à 17h
samedi et dimanche de 11h à 12h et de 13h à 17h

Œuvres de la collection du CIAC de Carros :
Anca Sonia, Alfredo Billetto, Manfredo Borsi, Giovanni Cappiello, Bruno Faël, Pierre Faniest, Catherine Fiault, Franco Galetto, Yucki Goeldlin, Georges Lauro, Monique Le Houelleur, Louis Pons, Emile Salkin, André Verdet
et des artistes invités :
Marcel Bataillard, Caroline Challan Belval, Patrice Giuge, Dominique Landucci, Maurice Maubert, Olivier Paoli, Reeves Schumacher.

« À la bifurcation de l’instinct et du savoir, une bête hurle… » Les mots du poète André Verdet nous plongent sans ménagement dans ce panorama subjectif de représentations animales. Si un bestiaire bien élevé se doit d’être souvent médiéval voire fantastique, celui-ci, résolument contemporain et hors-normes, se pare volontiers d’une tonalité baroque, prélude au thème de l’année culturelle à venir à Tourrettes, et hommage à la polyphonie, source d’insaisissables métamorphoses elles-mêmes à l’origine d’une troublante sensualité.
Dans sa relation à l’humain, qui domine l’ensemble de ces propositions, l’animal apparaît docteur d’un monde qui, après avoir industrialisé le vivant, en vient parfois à se demander s’il est toujours loisible de manger des chairs. Devant l’exploitation, le jeu, la souffrance, en dérision ou en majesté, du contact organique à l’élévation mythique, cette exposition veut provoquer le tourbillon d’une réflexion, à la bifurcation du savoir et de l’instinct.

Frédérik Brandi