Search

Info

Config

  • français

    Version française du site

  • english

    English version

  • japan

    Quelques pages en japonais

  • rss

    Abonnement aux flux RSS du site

  • news

    Recevez gratuitement les news de Tourrettes dans votre boite mail

  • Changer la taille du texte

Histoires

1958-Le Christ recrucifié

anec_dote

En 1958, un sculpteur venu s'installer à Tourrettes, imagina une histoire assez diabolique pour attirer l'attention sur lui.

L'innocente victime allait être un breton, Monsieur Le Caer, vivant depuis plusieurs années au village et que les gens avaient adopté à part entière.
Electricien de son état, il se livrait à temps perdu à un violon d'Ingres: la ferronnerie.
Le sculpteur en question vint un jour le trouver pour lui demander de fixer sur une croix un Christ de bronze, qu'il venait d'acheter.
Or un certain dimanche d'automne, dans l'après-midi, le cénacle de femmes se tenant en permanence sur un banc de pierre, face à l'ancienne écurie servant d'atelier à notre petit breton, vire ce dernier surgir précipitamment, le visage blanc comme un linge, le regard plein d'épouvante, visiblement en proie à une forte émotion. Il fut aussitôt entouré, réconforté, questionné par le groupe de femmes friandes de sensationnel car l'après midi avait été plutôt morne.
Ayant encore en main son marteau, l'air hébété, il fut tout d'abord sans voix. Sous le faisceau de tous les regards braqués sur lui, il réussit à articuler quelques mots qui glacèrent l'assistance: "je suis maudit, je suis damné, je n'aurais pas dû accepter ce travail et surtout un dimanche!" Paroles qui attisèrent encore plus la curiosité.

Pressé de questions, il finit par raconter qu'occupé à enfoncer les clous dans les mains du Christ, des gouttes de sang avaient jailli. Un vrai prodige! Et toute la population valide du quartier défila aussitôt dans son atelier car, comme une traînée de poudre, la nouvelle avait fait le tour du village en une temps record!
Et chacun de constater qu'il y avait quelques gouttes d'un liquide rouge semblable à du sang sur les mains du Christ. Les jours qui suivirent, les journalistes toujours très friands de sujets insolites parlèrent du miraculé de Tourrettes et ce pauvre Monsieur Le Caer fut mis en vedettes bien malgré lui.
Mais que devenait notre sculpteur en mal de publicité? Voyant cette sinistre farce tournant à l'avantage de sa victime, il jugea que le moment était venu de tirer les "marrons du feu" et sortit de l'ombre en révélant sa machiavélique machination! Mais il dut changer précipitamment de résidence afin d'échapper à la colère des habitants, car après un tel sacrilège, ils n'auraient pas hésité à le lapider!
Si les Tourretans ne se montrent pas toujours très bons chrétiens, par contre ils n'apprécient pas du tout qu'on plaisante sur ces choses là.
On ne sait ce qu'est devenu ce personnage et si enfin son art plus que la publicité lui a permis d'accéder à la prospérité.

http://www.lesamisdetourrettessurloup.com/

Retour au sommaire