Search

Info

Config

  • français

    Version française du site

  • english

    English version

  • japan

    Quelques pages en japonais

  • rss

    Abonnement aux flux RSS du site

  • news

    Recevez gratuitement les news de Tourrettes dans votre boite mail

  • Changer la taille du texte

Histoires

1940-L'abeille tourrettane

Antoine ARNEODO, est décédé en juin 2012, élève de l'école publique des Courmettes, il avait reçu sa première ruche à l'âge de 9 ans. Ainsi, l'abeille occupait une place de choix dans la vie rurale de nos aïeuls:

Oh! Antoine, tu viens mettre des ruches chez moi cette année ?

Car les gens se disputaient les précieuses avettes, le kilo de miel coûtait cher, jusqu'au quart du salaire moyen français sous l'occupation! Et les paysans savaient bien que sans abeilles, point de tomates charnues, melons suaves et courgettes fondantes, pas plus que de grasses prairies. L'abeille est le premier vecteur de pollinisation (la fécondation des plantes) de notre environnement végétal.

Malheureusement même chez nous, l'abeille sauvage disparaît, victime d'attaques de parasites et de virus tout aussi exotiques. Les bergers, ces sentinelles de la nature, en sont témoins, nombres de ces arbres creux ayant hébergé une colonie depuis toujours, ne résonnent plus des allers et venues des travailleuses exemplaires. Restent les apiculteurs, ces hommes et ces femmes que les abeilles ont sû domestiquer... Grâce à leurs soins, grâce à la sélection des lignées les plus résistantes et à leur multiplication, les ruches essaiment toujours et repeuplent les campagnes. Les tourrettans sont des chanceux, plusieurs ruchers parsèment nos collines. Nous comptons même deux professionnels. Alors, pour notre population néo rurale, pour nos concitoyens ex-urbains peu au fait des choses de la terre, quelques conseils pour bien vivre les abeilles et leur... ardillon!

Sachez que les apiculteurs souffrent de sa brûlure comme tout le monde ; ils font donc tout leur possible pour avoir des familles douces et agréables à rendre visite. Ici, point d'abeilles tueuses, d'ailleurs celles-ci ne peuvent pas hiverner sous nos climats.

Il faut savoir que l'agressivité chez Apis mellifera s'exprime uniquement au travers des gardiennes. Elles sont peu nombreuses et constituées de vieilles abeilles postées sur la planche d'envol de la ruche. Ce sont elles qui sonnent le tocsin à l'approche de l'intrus pour mobiliser la force du groupe. Donc éviter de s'approcher des ruches à moins de 5 ou 6 mètres. Le pire étant le pari entre gamins: t'es pas cap de donner un coup de pied dans la ruche. Il s'agit là d'éducation, de respect des animaux et de la propriété privée. Et les essaims ? Aucun danger, car l'abeille momentanément privée de demeure se laisse caresser comme un chaton. Mais, dès la première bâtisse dressée, son instinct de défense est réactivé. Quant aux butineuses, elles ne s'occupent que de fleurs, poussées par un doigt indélicat de sa corolle nourricière, elle s'en ira savourer le nectar de la fleur d'à côté. Les porteuses d'eau se rencontreront souvent sur les margelles de piscine, avec le risque de leur marcher dessus. Proposez leur une boisson plus attractive: un rang de lavande humide (par aspersion ou goutte à goutte) par exemple.

Enfin, en cas de piqûre, il faut racler avec l'oncle l'ardillon planté dans l'épiderme et étendre une crème ad hoc ou de la lotion de calendula dont on peut également ingérer quelques gouttes en voix sublinguale. Les gonflements sont normaux et peuvent persister deux ou trois jours, sans conséquence. Les allergies sont rarissimes et consistent en un œdème de Quincke avec perte de connaissance et difficultés respiratoires. Alors, les abeilles, comment les aimer ? En se régalant de leur butin et pour le plus grand bien de notre santé: avec leurs miels si délicats et aux saveurs variées de nos beaux paysages, les riches pollens complexes, la mystérieuse gelée royale, la puissante propolis et... le venin d'abeille, de plus en plus recommandé pour la sclérose en plaques et les rhumatismes.

Retour au sommaire

anec_dote anec_dote